Huile piquante au piment oiseau de Nouvelle Calédonie
Rechercher

Huile piquante au piment oiseau de Nouvelle Calédonie


Dans le cadre du défi 100% de Recettes.de pour lequel je fais partie du jury, j'ai reçu de Karine, l'une des membres qui vit en Nouvelle Calédonie quelques petits piments oiseau... Son fils Giovanni nous explique dans cette petite vidéo la force de ce piment, alors attention quand on les manipule !

J'adore les saveurs piquantes, et j'ai tout de suite pensé à les mettre dans mon huile d'olive ramenée du Maroc par l'un de mes collègues pour une sorte d'huile pili pili que l'on déguste dans les pâtes, ou sur les pizzas...

Ma recette pour illustrer le thème sera donc 100 % échange, 100 % voyage, 100 % convivialité, 100 % merci !

1 - Ingrédients pour 1 bouteille :

  • 3 piments oiseau

  • 3 branches de thym

  • 1 bouquet de basilic

  • 2 gousses d'ail

  • 1 cuillère à café de baies roses

  • 1 cuillère à café de différents poivres, 5 baies

  • 1/2 litre d'huile d'olive

2 - Préparation :

Avant toute chose, il faut savoir que préparer de l'huile parfumée avec des aromates ne se fait pas sans précaution : le risque de botulisme, s'il est faible , existe bien. En effet, la bactérie Clostridium botulinum se développe en milieu fermé, et provoque de graves intoxications alimentaires, dont les plus graves vont jusqu'à la mort.

Sont visées en particulier les conserves mal stérilisées et les préparations de légumes à l'huile.

Pour limiter les risques, des précautions simples sont donc à prendre :

La première, bien évidemment, sera d'utiliser des contenants parfaitement propres, savonnés et bien séchés. Vous pouvez également les ébouillanter et les mettre à sécher à l'envers sur un torchon propre.

La deuxième, sera de ne pas utiliser d'herbes ou d'aliments frais, qui pourraient contenir la fameuse bactérie, et qui sous l'épaisse couche d'huile pourraient favoriser son développement.

La bactérie Clostridium botulinum ne se développe pas en milieu acide (PH <4,6), en condition de température basse, et est détruite par une ébullition au delà de 5 minutes.

Pour préparer mon huile pimentée, je vais donc d'abord m'occuper de déshydrater les herbes aromatiques, l'ail et les piments qui seront utilisés. L'ail est particulièrement redouté dans les cas de botulisme, donc je vais faire très attention avec son utilisation.

Les herbes seront déshydratées pendant 2 h à 70° C à l'aide de mon deshydrateur, mais vous pourrez également procéder au traitement thermique en utilisant votre four.

Les piments et l'ail seront quant à eux déshydratés pendant 4 h.

A l'aide d'une aiguille, passez un fil au travers des gousses d'ail, cela vous permettra de récupérer les gousses après une journée d'infusion, vous limiterez ainsi les risques de botulisme en ne laissant pas d'aliment controversé dans votre huile pimentée.

Versez l'huile dans une casserole, mettre l'ail dedans et faites chauffer doucement : l'huile ne doit surtout pas bouillir, ce qui la rendrait impropre à la conservation.

Déposez les herbes et les piments séchés dans la bouteille (j'en casse un pour que la saveur piquante diffuse bien dans l'huile), ajoutez les baies, puis versez l'huile tiédie. Suspendez les gousses d'ail dans la bouteille, fermez la bouteille et conservez pendant une durée de 24 h.

Au bout de 24 h, enlevez l'ail en tirant sur le fil que vous avez passé au travers des gousses. Refermez la bouteille et entreposez la dans le frigo.

Plus vous garderez l'huile en infusion, plus elle sera piquante... Attention au moment de l'utiliser !

3 - Gardons le contact !

Vous souhaitez ne rater aucune recette du blog ? Abonnez-vous !

Rejoignez-nous sur la communauté Fb Les petits plats du Prince

et sur l'application Instagram

Les petits plats du Prince vous remercie pour votre visite !

A propos

Le coin des annonceurs et partenaires du blog

#piment #huilepimentée #huiledolive

0 vue